A propos de Récréations

Voici un extrait d'interview de Claire SIMON, la réalisatrice du documentaire récréations. Nous avons sélectionné que le passage ou elle parle du documentaire.

  

A propos de Récréations. Pourquoi avez-vous décidé d'aller filmer la cour d'une école primaire du 18ème arrondissement ?
Il y a une chose qui m'a amené à faire ça. En vacances, j'avais un caméscope vidéo 8 et ma fille était très petite. Elle était avec une amie, une copine qui avait son âge. Je les ai filmées un jour en train de jouer toutes les deux. Elles croyaient beaucoup à leurs jeux et elles m'ont laissées filmer. C'était extraordinaire, c'était magnifique. Je me suis dit que ce serait vraiment très beau d'arriver à filmer ça davantage. Après, quand je l'amenais à l' école, je voyais dans la cour, des choses qui me rappelaient tous mes sentiments. Je voyais que les enfants se montraient entre eux, sans s'en rendre compte, des sentiments extrêmement forts que nous avons tendance à cacher, enfin pour moi, à force, je cache les sentiments dont j'ai honte. J'ai été très émue par ça, par ce que je voyais. J'ai l'impression qu'il y avait tous les sentiments du monde dans la cour de récréation. Que la cour de récréation était un espèce de lieu philosophique, un lieu d'abstraction totale où on pouvait voir tout ce qui allait se jouer dans le monde.

Tout ce qu'on connaît à la vie adulte est déjà très présent dès l'enfance.
C'est pas tellement ça. C'est surtout que les enfants sont tout le temps dans notre société, avec des adultes, avec des modèles d'idées. Et la cour de récréation, c'est le seul endroit pour des enfants, entre trois à six ans, où ils sont seuls entre eux. C'est le seul. Parce qu'au square, il y a les parents, les adultes ou en famille, c'est pareil. C'est pour ça, que ça a quelque chose d'abstrait, de quasiment philosophique et expérimental. C'est leur société. C'est une espèce de fiction.

C'est pour cette raison que vous avez mis en exergue du film, une phrase d'un philosophe, Spinoza : "L'impuissance de l'homme à gouverner ses sentiments, je l'appelle servitude" ?
C'est la première phrase du chapitre des sentiments dans L'éthique. J'ai mis cette phrase pour qu'on ait cette idée d'un lieu inventé pour les philosophes.

Et les parents, ont-ils vu le film ?
Oui...

Comment ont-ils réagis, parce qu'il y a quand même des scènes assez dures ?
Oh, c'est pas très dur.

Le gamin qui marche sur l'autre. L'un est couché au sol et l'autre lui marche dessus. Et en fait, ça a l'air tout à fait normal comme situation puisque l'enfant écrasé ne réagit pas. Ils se testent constamment, ils cherchent un peu leurs limites. Pour un regard d'adulte, c'est pas évident quand même !
Ce qui n'est pas évident, c'est que cet enfant veut qu'on lui marche dessus. C'est ça qui est difficile – enfin, pas difficile - mais qui est très fort parce que ce n'est pas encore caché... cette attitude-là. Elle est très visible.

Et comment ça s'est passé au niveau du tournage ?
J'étais toute seule.

Avez-vous demandé aux instituteurs de ne pas intervenir…?
Ah, non.

…parce que, par moments, on entend crier dans la cour. On a l'impression qu'ils hurlent de douleur et personne ne réagit.
Ils hurlent. Qu'ils hurlent de douleur, c'est autre chose. Ils savent très bien où sont les maîtresses et quand il faut aller les chercher, quand c'est nécessaire. Ils ont besoin d'avoir un espace à eux où ils peuvent hurler de douleur sans pour autant qu'on les sauve, enfin, qu'un adulte les sauve. C'est très important qu'ils aient un lieu où ils puissent pleurer et s'ils veulent être consolés, ils savent où il faut aller. Parce que, pour eux, être consolé par un adulte, c'est aussi ne pas faire face à la situation.

Il semblerait que vous ayez eu un problème avec le son, parce qu'il y a une post-synchro ?
Oui, les enfants n'étaient pas très audibles pour le spectateur. On a décrypté à l'onomatopée près et puis ensuite on a réenregistré petits bouts par petits bouts.

C'est assez réussi parce qu'on ne se rend presque pas compte.
Normalement, on ne devrait pas s'en rendre compte du tout. On ne s'en rend pas compte quand c'est en vidéo.

C'est très étonnant cette facilité avec laquelle ils rejouent leurs propres sentiments... Ca m'a beaucoup surpris ...
On peut aller très très loin comme ça.

Par exemple, quand la petite fille pleure parce qu'elle ne peut pas sauter du banc. Comment l'avez-vous dirigée ?
Très bêtement, à l'imitation. Je faisais écouter comment elle disait, puis je répétais. Moi, je l'avais dans l'oreille. Et elle le refaisait, des dizaines et des dizaines de fois, jusqu'à ce que ce soit juste.

Ca a dû être épuisant pour eux ?
Oui, mais on a fait énormément de séances. Un par un. Ca nous a pris deux mois, je crois. Et puis, ils avaient des cadeaux à chaque fois, ou des bonbons.

Et vous les remettiez en situation ?
Non, non, ça aurait été trop compliqué pour eux et de toute façon, ils seraient repartis sur autre chose. Mais ils refaisaient assez bien en général. Ca dépendait des enfants. Il y en avait pour qui, c'était très vite, très bien. Même nous, on n'arrivait plus à savoir quand c'était du vrai ou du faux. Mais c'est normal, un enfant apprend à parler en imitant les adultes. Donc, il est très très fort en imitation, parce qu'il passe sa vie à faire ça.

Oui, mais enfin là, c'était eux-mêmes qu'ils copiaient.
Oui, mais ils ne voyaient pas que c'était eux-mêmes. Je ne leur ai jamais montré leur image avant que ce ne soit terminé. Parce que je pensais que s'ils s'étaient vus, c'était foutu ! Là, je pense que le narcissisme... ils auraient été pris par leur propre image.

Sinon, au niveau du filmage, comment avez-vous décidé de suivre tel ou tel enfant ?
C'était purement intuitif.

Avez-vous longuement observé les enfants avant de filmer comme pour faire un 'casting' ?
Non, j'observais en filmant.

Et avez-vous beaucoup filmé ?
Non, pas énormément, pas assez à mes yeux d'ailleurs... J'ai filmé 35 heures.

Propos recueillis par Laurent Devanne

L'interview dans son intégralité sur http://www.arkepix.com/kinok/Claire%20SIMON/simon_interview.html

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×